Résumé

Lors d’un AVC, jusqu’à 2 millions de neurones sont détruits chaque minute dans le cerveau. Une prise en charge rapide est indispensable pour limiter l’impact de l’AVC sur la santé et sur le développement de séquelles. La télémédecine permet d’améliorer cette prise en charge en urgence et d’éviter les pertes de chances liées à la distance des services de référence.

Texte

Depuis plusieurs années, l’ARS Nouvelle-Aquitaine soutient la mise à disposition d’un outil numérique régional unique pour les activités de télémédecine à forte exigence de service. Il permet d’échanger de manière rapide, fiable et sécurisée des éléments médicaux entre les services d’urgence (requérants) et les sites pouvant leur apporter leur expertise (requis).


Ce dispositif nommé TéléNA, anciennement TéléA, s’appuie sur la solution technique NEXUS de NEHS Digital et sur les filières médicales en place. 


Le GIP ESEA a pour sa part été missionné par l’ARS pour accompagner les établissements sanitaires dans le déploiement de ce nouveau dispositif qui concerne tous les services d’urgence, publics ou privés, de la région ainsi que les établissements en capacité de leur fournir une expertise.


À l’occasion de la Journée mondiale de l’AVC, découvrez le témoignage du Dr Pauline RENOU, neurologue au CHU de Bordeaux, sur les apports de la télémédecine dans la prise en charge des patients lors d'un AVC en phase aiguë.
 

Média